Musiques-Fictions : les autrices

  • Article

Créées autour d'un texte contemporain, les premières Musiques-Fictions s'appuient sur les oeuvres de trois autrices : Annie Ernaux, Maylis de Kerangal et Céline Minard. Découvrez leur parcours.

Maylis de Kérangal (née en 1967)

Elle passe son enfance en Haute-Normandie, au Havre. Après avoir étudié à Paris l’histoire, la philosophie et l’ethnologie, elle commence à travailler pour Gallimard jeunesse en 1991. C’est en 2000 qu’elle publie son premier roman aux éditions Verticales, intitulé Je marche sous un ciel de traîne. Rencontrant un certain succès, la nouvelle écrivaine poursuit son aventure en publiant La Vie voyageuse (2003), Ni fleurs, ni couronnes (2006) et Dans les rapides (2007).

Parallèlement à cette profession littéraire, elle crée les éditions du Baron Perché, maison spécialisée en littérature de jeunesse, et pour laquelle elle travaille jusqu’en 2008. Cette même année, elle rem- porte le prix Médicis et Femina pour son roman Corniche Kennedy (2008). Les prix littéraires se suc- cèdent par la suite, en 2010 avec son roman Naissance d’un pont, en 2012 pour Tangente vers l’est, et enfin en 2014 pour son œuvre Réparer les vivants. L’auteure s’est également essayée à la littérature pour jeunesse en publiant un album pour enfant en 2011 avec l’illustratrice Alexandra Pichard.

Annie Ernaux (née en 1940)

Annie Ernaux naît le 1er septembre 1940 à Lillebonne, mais passe son enfance à Yvetot, en Normandie. Issue d’un milieu social modeste, elle fait des études en lettres, devient professeure certifiée, puis agrégée de lettres modernes. Son premier roman, Les Armoires vides (1974), annonce déjà le carac- tère autobiographique de son œuvre. Mêlant l’expérience personnelle à la grande Histoire, ses ouvrages abordent l’ascension sociale de ses parents (La Place, La Honte), son mariage (La Femme gelée), sa sexualité et ses relations amoureuses (Passion simple, Se perdre), son environnement (Journal du dehors, La Vie extérieure), son avortement (L’Événement), la maladie d’Alzheimer de sa mère (Je ne suis pas sortie de ma nuit), la mort de sa mère (Une femme) ou encore son cancer du sein (L’Usage de la photo, en collaboration avec Marc Marie), construisant ainsi une œuvre littéraire « auto-socio-biographique ».

Céline Minard (née en 1969)

Céline Minard est née à Rouen en 1969 et vit aujourd’hui à Paris. Après avoir étudié la philosophie, elle s’attache au travail d’écriture avec R. chez Comp’Act (illus.) en 2004 et La Manadologie, chez MF en 2005. Outre la rédaction de fictions, elle travaille régulièrement avec la plasticienne Scomparo. En 2006, elle décrit dans Le Dernier Monde un périple halluciné et hallucinant dans une veine du roman d’anticipation sociale. Dans le cadre de la rentrée littéraire 2008, Céline Minard livre un nouveau roman, Bastard Battle, qui reçoit la même année la mention spéciale du jury du Prix Wepler Fondation La Poste. Elle a été pensionnaire de la Villa Medicis en 2007 et 2008. Puis viendront en 2014, Faillir être flingué, publié aux éditions Rivages (Prix du livre Inter) puis en 2016, le Grand Jeu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de mesurer l'audience, et pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux. En savoir plus.